Site de l'université de Franche-Comté
LASA

La République contre les libertés

Nicolas Bourgoin

Au début des années 1980, la gauche mitterrandienne voulait « changer la vie » et promouvoir les libertés. Trente ans plus tard, la politique du gouvernement socialiste est aux antipodes : lois antiterroristes liberticides, islamophobie compulsive, inflation carcérale, encadrement de la liberté d’expression dans les salles de spectacle et sur Internet, dissolution de mouvements politiques contestataires.

Ce livre se propose de comprendre ce renversement, à la lumière des mutations économiques des trois dernières décennies. A l’origine du virage punitif de la gauche française, sa conversion au modèle libéral sur fond d’intégration européenne. Fin du programme commun d’union de la gauche et tournant de la rigueur ont sonné le glas de ses ambitions de transformation sociale. En abandonnant son projet de dépassement du capitalisme, le Parti Socialiste s’est condamné au programme minimum du combat sociétal contre le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie. Promotion du mariage pour tous en lieu et place de la défense du travail contre le capital, condamnation politique du nationalisme en lieu et place de la défense des citoyens contre les diktats de la finance internationale, et laïcité agressive en lieu et place d’une politique de réconciliation nationale avec les musulmans sont quelques-uns des changements que nous nous proposons d’analyser ici.

La montée en force du libéralisme sécuritaire est une tendance lourde de nos sociétés occidentales. Sa mise en œuvre par un gouvernement de gauche lui donne une coloration particulière en mobilisant des valeurs étiquetées humanistes ou progressistes au service de politiques discriminatoires ou liberticides. Ce qui n’est pas là son moindre paradoxe.

Pour plus d'informations, vous pouvez également lire un entretien réalisé avec Eric Michel.