Site de l'université de Franche-Comté
LASA

 

ETHNOSCOPE : méthodes d'enquêtes visuelles

 

Dans le cadre de ses activités, le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’université de Bourgogne/Franche-Comté (EA 3189) organise plusieurs journées d’études concernant les méthodes d'enquêtes visuelles en socio-anthropologie intitulées Ethnoscope.

L’objet de ces rencontres est double. Elles veulent, d’une part, explorer une thématique ou un objet de recherche et elles doivent, d’autre part, permettre de réunir chercheur(e)s et étudiant(e)s autour de l'intérêt porté aux méthodes d'enquêtes visuelles en sciences humaines et sociales : peut-on écrire un film comme on écrit un article ? Que saisit-on grâce à une photographie ? Le film illustre-t-il un propos, apporte-t-il une preuve ? A chaque séance de ce séminaire bi-annuel, le laboratoire invitera des chercheur(e)s, photographes ou réalisateur(s) qui viendront parler de leurs travaux.

Ces journées sont organisées par : Florent SCHEPENS (Professeur des Universités), Maylis SPOSITO (Docteure en socio-anthropologie) et Simon CALLA (Doctorant)

Ethnoscope #3 !

Vendredi 9 mars 2018 de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 16h30 : Ethnoscope #3 - Amphithéâtre MSHE sur le site Arsenal

-Matin : Reinhard GRESSEL (sociologue) et Jeanne DRESSEN (vidéaste) "Documenter le travail par la vidéo" / Simon CALLA (doctorant en socio-anthropologie) "Comment regarde-t-on l'espace urbain ? Retour sur un excercice de sociologie visuelle"

-Après-midi : Rina SHERMAN (ethnographe) "Les années Ovahimba : une ethnographie visuelle réalisée sur sept ans en Namibie et Angola" / Etudiants de Master 2 "Etudier à l'Université : entre discours et réalité (Webdoc)"

  • Documenter le travail par la vidéo

 

Reinhard GRESSEL (sociologue) et Jeanne DRESSEN (vidéaste) travaillent depuis quelques années à partir de demandes de constitution d’archives orales d’agents de la voie d’eau (Barragistes, éclusiers, agents de la gestion hydraulique, agents de la maintenance technique des ouvrages, agents de l’entretien linéaire) ou d’agents de la ville de Paris (Fossoyeurs, bucherons élagueurs, cantonniers, jardiniers, gardiens de cimetière). En plus des entretiens filmés qu’ils réalisent, ils documentent le travail de ces agents par la vidéo.

 

Documenter le travail par l’image animée s’avère d’une grande richesse et est dans beaucoup de cas indispensable pour comprendre le travail. Mais ce travail de documentation ne va pas de soi. La contribution de Jeanne DRESSEN et de Reinhard GRESSEL à cette journée d’étude essaye de poser quelques-unes des questions à la fois pratiques et conceptuelles qu’ils rencontrent.

 

Quels sont les enjeux qui font sens pour les agents ? Comment comprendre les manières dont les agents engagent leurs corps et leurs sens dans leur travail ? Observer, et de surcroit filmer, perturbe nécessairement la situation et les personnes filmées ; dès lors, comment déceler ce qui est fait et dit « pour la caméra » ? Peut-on en rendre compte et comment ? Filmer et monter implique forcément un regard subjectif sur les situations et les personnes. Comment rendre compte de l’expérience incorporée qui se retrouve dans les gestes du travail ? Les commentaires des agents sur leurs actions sont précieux pour comprendre les raisons de leurs actions et pour saisir le sens qu’ils donnent à leurs actions.

 

 

  • Les années Ovahimba : une ethnographie visuelle réalisée sur sept ans en Namibie et Angola

 

Rina SHERMAN est cinéaste, ethnographe et photographe. Elle a fait ses études avec Jean Rouch, directeur de sa thèse de doctorat soutenue avec distinction à la Sorbonne en 1989. Lauréate du prix Médicis Hors les Murs Villa et de la bourse Lavoisier du ministère des Affaires étrangères, elle a entrepris une étude de terrain de sept ans auprès des Ovahimba et d'autres communautés de langue Otjiherero en Namibie et en Angola. De la collection de films, de photographies et d’enregistrements sonores qu'elle a réalisés sur le terrain, elle a produit films, livres, expositions multimédia et collections photographiques. Son fonds d'archives est conservé à la Bibliothèque nationale de France, qui lui a consacré une exposition, « Les années Ovahimba / Rina Sherman » en 2015.

 

Au cours de cette journée, Rina SHERMAN, évoquera notamment : a) les outils d'ethnographie visuelle (film, vidéo, photo argentique, enregistrement de son, dessin, gestion technique sur un terrain éloignée et hostile) ; b) les notions du langage de l'image ; c) la « gymnastique filmique » ou « comment écrire l'image caméra à l'épaule en temps réel » ; et les façons de rendre compte de la vie dans sa globalité (comment inscrire le spécifique dans le général).

 

 

 

Contacts : maylis.-fcomte.fr / simon..fr