Site de l'université de Franche-Comté
LASA

S'entreprendre avec ses gènes. Enquête sur l'auto-génétisation

Pascal DUCOURNAU

Presses Universitaires de Rennes, 2018.

Résumé

Depuis le lancement du programme de séquençage du génome humain, le développement continu des technologies et des langages génétiques a fait émerger une riche littérature au croisement de la sociologie, de l’anthropologie et de la philosophie s’interrogeant sur la place grandissante acquise par le gène de nos sociétés. Si la notion de génétisation s’y est imposée comme schème interprétatif critique des processus en jeu, celle-ci se voit aujourd’hui en partie dépassée consécutivement au développement de nouvelles modalités de diffusion des technologies génétiques. L’apparition d’une offre d’autotests génétiques par le biais d’Internet laisse en effet apparaitre une autonomisation de la dynamique de génétisation au sein de la société, soit l’émergence d’une autro-génétisation à l’heure où la génomique en vient à se pratiquer en version Do-It-Yourself.

Sur la base d’une enquête par observations ethnographiques de divers espaces numériques et d’entretiens, il ressort que des publics grandissants se voient désormais acquis à l’intérêt qu’il y aurait à s’orienter vers les gènes pour pouvoir se  constituer un « capital santé » ou un « capital généalogique ».  Au cœur de cette dynamique où le génétique en vient à englober des domaines en expansion, touchant tout autant à la santé qu’à la construction de l’identité, la génétisation n’apparait plus seulement comme une opération de nature intellectuelle conduisant à valoriser le rôle des gènes face aux facteurs dits d’environnement, mais aussi et surtout comment une entreprise pratique au cours de laquelle l’individu en vient à se retourner vers ses gènes pour faire face à un environnement devenu incertain.

Pascal DUCOURNAU est sociologue, professeur des universités. Il enseigne principalement à l’université de Franche-Comté et mène ses recherches au laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de Besançon. Il est par ailleurs membre de la plateforme Générique et Société du génopôle Midi Pyrénées. Ses travaux questionnent la place que les nouvelles technologies acquièrent dans nos sociétés, plus particulièrement dans le domaine du gouvernement de la vie.